Pourquoi faire l’amour dans l’eau nous excite tant ? « Cela donne l’impression d’une transgression, puisque le sexe ne s’y réalise pas habituellement. Mais aussi d’un retour à quelque chose de sécurisant, rappelant le séjour dans le ventre de la mère. » explique le sexologue Antoine Spath. Contrairement à l’univers dans lequel on évolue, où nos corps pèsent lourd, l’eau permet de s’oublier. « On a moins la pression du poids, le corps est moins présent puisqu’il flotte lorsqu’il est en immersion dans l’eau » ajoute-t-il. L’eau permet donc une plus grande liberté de mouvements, plus de souplesse et de légèreté. D’ailleurs, même le Kama Sutra propose depuis peu une version aqua.

Alors, comment faire l’amour dans l’eau ? Sur les marches d’une piscine, ou sous la douche... Tout est possible, à condition d’aimer se baigner. Une relation sexuelle engage le corps, le met à l’épreuve. Or, « flotter rend la chose moins intimidante. La rencontre s’y fait plus délicatement », la perception du sexe change. Le liquide permet aussi de gommer la pudeur en rendant les corps flous. Les femmes y sont notamment plus libérées. Mais dans la réalité, l’acte est-il plus agréable ? « Non, répond le sexologue, l’eau n’a pas de réelle influence physique, mais davantage psychologique sur le plaisir. »

C'est l'amour à la plage, ahou, ahou. Aïe, Aïe, Aïe. Le sexe dans l'eau vous fait frétiller? Normal. L'excitation peut monter très vite en vacances. L'eau nous porte, les vagues nous frôlent mais les maladies nous guettent aussi. 

La mer

qu'on voit danser, le long des golfes clairs. Le sable chaud, le soleil, notre chéri torse nu, tout est réuni pour honorer Gainsbourg et son Sea, sex and sun. Mais en réalité, l'eau salée provoque des irritations et des démangeaisons. Il faut absolument se rincer à l'eau claire en sortant! Sinon, bonjour les vacances pourries et la cystite. Ne vous éloignez non plus pas trop du bord. Ça serait trop bête de boire la tasse. 

La piscine

Depuis Loana et sa vulgarisation du sexe dans la piscine, on a appris quelques trucs. La piscine, si elle est privée, nous offre un terrain plus discret et sans sable. Tout semble réuni pour une super partie de jambes en l'air. Erreur. Le chlore contenu dans l'eau est le meilleur ami des mycoses. Si tous les petits microbes n'attaquent pas notre corps, une fois exhibées, nos parties intimes y sont ultra sensibles. À nouveau, la douche à la sortie ne sera pas du luxe. 

Le jacuzzi

"T'es dans ta jalousie, je suis dans mon jacuzzi". Ok, on profite des bulles et de la détente. Mais le sexe dans les jacuzzi, sauna et autres paradis à microbes, c'est NON. La chaleur précipite la prolifération de bactéries susceptibles d'attaquer les organes génitaux. Le message est clair. 

Attention aux microbes

En revanche, le sexe aquatique peut avoir des effets négatifs sur le corps. Le chlore, contenu dans les piscines est le meilleur ami des mycoses. L’eau est porteuse de microbes qui sont inoffensifs pour la peau mais qui s’avèrent très agressifs pour les parties intimes. « Le sel de mer est très acide et peut causer des brûlures » ajoute le sexologue. Les infections urinaires sont fréquentes à la suite de rapports sexuels dans l'océan, principalement chez les femmes. L’eau salée a tendance à supprimer la lubrification naturelle et peut entraîner une rupture du préservatif et des risques accrus de MST.

Amende salée

L'exhibitionisme est un délit puni par la loi. L'amende peut s'élever à 15.000 € avec un an de prison. Voilà qui refroidit. Veillez donc à rester dans des lieux privés pour ne pas vous faire surprendre. 

On se protège

Le préservatif n'est pas une option lors des relations sexuelles dans l'eau. Les vagues ne vous protègent pas des MST. D'ailleurs, l'eau a tendance à éliminer la lubrification naturelle du corps. Le préservatif risque de casser à cause des frottements. Double prudence.