Trop de X nuirait à la santé se*uelle des hommes

Santé | Publié le Jeudi 01 Juin 2017 à 14:50:18 | |
 
Trop de X nuirait à la santé se*uelle des hommes

Tout excès nuit, dit l'adage. Aussi, l'abus de films, image ou autres accessoires à caractères X aurait un impact sur la santé se*uelle des hommes, et entraînerait des troubles de l'ér*ction, même chez les plus jeunes.  

 

Une étude récente a montré que trop de * peut faire exploser les couples. L'étude présentée lors du Congrès mondial d'urologie, aux Etats-Unis, montre que l'hyperconsommation de films X a aussi un impact sur la libido des hommes. Pour cette étude, 314 hommes âgés de 20 à 40 ans et 48 femmes ont répondu à un questionnaire. 81% des hommes et 38% des femmes avaient regardé au moins une fois de la p*rnographie. Dans ce groupe, 27% des hommes présentaient un trouble de l'ér*ction selon la définition de l'Index International de la fonction ér*ctile ; 52% des femmes présentaient un trouble se*uel, comme défini par l'Index de la fonction se+uelle féminine.

Ainsi donc l'excès des X peut créer des pannes sexuelles, l'impuissance, le priapisme : (érection persistante et souvent douloureuse) ; l'éjaculation précoce; l'anéjaculation (une absence d'éjaculation) ; la baisse de libido ou l'anorgasmie.

SEULE SOLUTION : LE SEVRAGE !

En cherchant une corrélation entre la consommation de films X et les troubles se*uels, le Dr Mattew Christman, urologue à San Diego (Etats-Unis) et principal auteur de l'étude, s'est aperçu que 3,4% des hommes préféraient se m+sturber en regardant du p*rno plutôt que d'avoir un rapport se*uel avec une partenaire. Mais aussi qu'un nombre non négligeable de ces consommateurs de X rencontrait des troubles de l'ér*ction lorsqu'ils avaient un rapport avec un ou une partenaire.

Selon l'urologue, le sevrage des activités X, serait souvent la première recommandation à faire aux hommes de moins de 40 ans qui se plaignent de troubles se*uels.

 

                                                                       Top Santé

 

 

Commentaires Facebook