Cunnilingus : les questions que l’on n’ose pas poser

Société | Publié le Dimanche 23 Avril 2017 à 23:07:39 | |
 
Cunnilingus : les questions que l’on n’ose pas poser

Plaisir, orgasme, clitoris, IST, épilation, techniques… Testez vos connaissances sur le cunnilingus.

 

 

Peut-on attraper des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) avec un cunnilingus ?

La  personne qui pratique le cunnilingus peut attraper des IST, comme l’herpès, la blennorragie et le papillomavirus, un virus très fréquent qui peut causer le cancer de la gorge. En revanche, il n’existe pas de risques d’attraper le SIDA sauf pendant les règles. La seule manière de se protéger est d’utiliser une digue dentaire. La sexologue Catherine Solano rappelle et insiste : «Ce qui augmente la probabilité d’attraper une IST c’est la multiplicité des partenaires».

 

Peut-on pratiquer le cunnilingus pendant les règles ?

Oui. Il est même possible de ne pas être gêné par les règles. Il suffit de concentrer son action sur le clitoris et de ne pas « jouer » avec le vagin. 

 

L’épilation intégrale permet-elle d’avoir plus de plaisir pendant un cunnilingus ?

Non. La zone la plus concernée par le cunnilingus est le clitoris où il n’y a pas de poils. De plus, il est recommandé d’écarter les grandes lèvres pour bien dégager le clitoris. Mais votre partenaire peut se sentir plus à l’aise si votre sexe est épilé.

 

Toutes les femmes aiment-elles le cunnilingus ?

Non. Certaines femmes sont extrêmement réticentes à cette pratique sexuelle. Cela s’explique soit par une histoire personnelle traumatisante soit par un dégout de soi. La pudeur, voire la honte de leur propre sexe bloquent certaines femmes. Elles peuvent avoir peur de leurs odeurs intimes, trouver leur sexe pas beau, pas propre.

Si votre partenaire semble gênée par le cunnilingus,  vous devez l’apprivoiser. En lui dévoilant votre désir, votre attrait pour son sexe, et lui expliquant le plaisir que vous avez envie de lui donner, en prenant votre temps. Le cunnilingus est une pratique sexuelle très intime qui demande d’avoir une extrême confiance en son partenaire. Vous pouvez déposer régulièrement de légers baisers sur le sexe de votre partenaire en la complimentant. Prenez votre temps. Et n’échangez jamais un cunnilingus contre une fellation !

 

Tous les hommes aiment-ils le cunnilingus ?

Non. Certains hommes peuvent avoir une image « avilissante » du sexe de la femme. Urine, règles, et secrétions les dégoutent. Pour amener votre partenaire à apprécier cette pratique sexuelle, vous devez comprendre ce qui l’empêche de la pratiquer et trouver des réponses adaptées à son refus.

 

Comment maîtriser un cunnilingus ?

Même s’il n’existe pas de recette magique car chaque femme est différente, pratiquer avec savoir-faire le cunnilingus est la voix assurée à l’orgasme féminin.

Le clitoris est une zone extrêmement sensible et délicate. Il supporte assez mal une langue trop vigoureuse ou une barbe piquante !

La langue est le nerf de la guerre du cunnilingus, mais les doigts peuvent contribuer à la montée du plaisir. Si le clitoris est le centre du cunnilingus, n’oubliez pas de caresser le ventre, les fesses, le périnée, les seins de votre partenaire. Soyez gourmand, et ne cassez pas le rythme. Prenez votre temps, l’orgasme sera plus intense.  Si vous sentez le clitoris se rétracter, continuez absolument le cunnilingus, c’est le signe que votre partenaire va  avoir un orgasme. S’arrêter à ce moment-là causerait à votre partenaire une énorme frustration. Lorsque l’orgasme se déclenche, n’arrêtez surtout pas votre cunnilingus, continuez très très doucement à lécher le  clitoris. L’idéal est de passer tout de suite à la pénétration qui pourra offrir à votre partenaire un deuxième orgasme.

 

 

 

 

 

Source : Topsante.com

 

 

Commentaires Facebook