La "Slow  se*ualité ou l'art de prendre son temps pour bien faire l'amour

Société | Publié le Mercredi 14 Juin 2017 à 16:00:24 | |
 
La

Tout le monde a entendu parler de la slow cosmétique ou encore du slow food (à l’opposé du fast food) qui prônent le « bon, le propre, le juste, le bio ». Eh bien, pour poursuivre dans la slow attitude, il existe aussi le slow sexe. A une époque où notre société valorise la course à la performance, au travail comme au lit, la slow sexualité nous fait oublier le chronomètre et nous encourage à prendre notre temps… pour prendre notre pied !

ET SI ON PRENAIT LE TEMPS…

On oublie les 5 à 7, les parties de jambes en l’air express, le petit coup vite fait, les "mougou pan"… pour enfin prendre le temps du plaisir.

Voilà la définition, dans sa plus simple expression, de la slow se*ualité.

Rien de bien compliqué dans le slow se* !

Le slow se*, c’est ce qu’il y a de plus naturel, c’est revenir à ce que l’on vit instinctivement au début d’une passion amoureuse, quand on passe des heures à se rouler sous la couette, à se caresser, à s’embrasser, à s’enivrer du parfum de l’autre…

Dans la slow se*ualité, faire l’amour c’est un dialogue avec l’autre, où l’orgasme devient presque secondaire : ce qui compte ce n’est pas la destination mais le chemin pour y parvenir, avec l’éveil des sens, de tous les sens.

La slow se*ualité favorise la découverte du corps de l'autre, de la sensorialité, c'est avoir une attention particulière à l'autre.

Et, ce qui ne gâche rien, prendre son temps pour faire l’amour, c’est aussi faire monter progressivement l'excitation dans tout notre corps et pas simplement au niveau du bas-ventre !

LES 5 ÉTAPES POUR UNE SLOW SEXUALITÉ RÉUSSIE

Règle numéro 1 : on se prépare

Dans la slow se*ualité l’inconscient se met en condition tout au long de la journée. Régulièrement, on y pense, on s’envoie des petites messages, on se chuchote des grivoiseries, on se donne rendez-vous à la sieste, dans le jardin ou tout simplement après le dîner.

Puis, quand le moment approche, on oublie tout le reste. Pour être pleinement à ce que l’on fait et renouer avec nos sensations et notre désir. Il n’y a pas de secret, il faut oublier ce qui nous entoure, pas d’enfants qui jouent à proximité (réservez la nounou), pas de portables, pas de corvées urgentes qui nous turlupinent…

Règle numéro 2 : on soigne le décor

Il est important d’installer une ambiance voluptueuse et un décor propice au lâcher-prise.  L’environnement sensoriel joue un rôle majeur : senteurs, couleurs et matières contribuent à créer une ambiance détendue, propice à la rencontre intime. Alors, faites-vous plaisir et n’hésitez pas à utiliser bougies, encens, musique ou encore plaid tout doux…

Et avant même d’efflorer votre partenaire, pourquoi ne pas commencer par la lecture d’un livre érotique pour faire monter peu à peu l’excitation avec quelques lignes d’ "Histoire d’O", de la "Bible du boudoir" ou encore du fameux "Grey" ?

Règle numéro 3 : ne pas avoir peur de se montrer à l’autre ou comment oublier ses complexes

Ralentir, prendre son temps, c’est être davantage conscient de soi et de l’autre, mais aussi du regard de l’autre, ce qui n’est pas forcément simple pour celles et ceux qui souffrent d’inhibitions et de complexes.

Pour oublier tous ses complexes, essayez le « strip-tease sophrologique ». Cela consiste à imaginer qu’à chaque vêtement que l’on enlève on abandonne un complexe ou un souci. Une fois nu, on est libéré de tous nos complexes et complètement disponible, il ne reste plus qu’à se laisse guider par nos sens et par notre corps.

Règle numéro 4 : explorer en pleine conscience, remettre de la sensualité dans la se*ualité

Il est temps de se lancer dans ce qu’on appelle habituellement des préliminaires mais qui deviennent, dans la slow s*xualité, une fin en soi.

Massez et faites-vous masser, explorez des zones érogènes que vous aviez l’habitude de négliger : redécouvrir la sensibilité du creux du genou, humer le parfum du soleil dans le cou, s’effleurer, se pincer, se dire des cochonneries, respirer ensemble lovés dans les bras l’un de l’autre…

Profitez, faites l’amour avec vos yeux, avec votre bouche, avec vos mains, avec votre peau… jusqu’à en oublier le se*e ! Ressentez des tas de choses en pleine conscience : la température de la peau, la sueur, la chaleur du souffle…

Règle numéro 5 : l’orgasme n’est pas un but

Dans la slow se*ualité, l’orgasme ne doit pas être le but de votre rencontre sensuelle, il est secondaire. L’important, c’est le chemin plus que la destination, mais il n’est pas impossible que le septième ciel vous surprenne en route…

Avec cette période pluvieuses et froide, et même la fête des père qui avance, après les dîner et cadeaux, pensez à prendre du plasire comme dans le bon, l'agréable, l'utile en vous donner tout le temps qu'il faut ...

 

                              Avec autre source (Clic Bien-être)

 

Commentaires Facebook